Miroir Ancré dans la roche en côte basque

Le Projet

A l’entrée de la baie de Saint-Sébastien, au  pied du mont Urgull, un “Miroir Ancré” bloc de sanitaires fait office de nouveau signal sur le Paseo Berria.

Dessiné par l’architecte français Robert Latour d’Affaure, l’édicule oblique semble jaillir de la montagne dans laquelle il s’encastre profondément. Basculement tellurique ? L’image se nourrit peut-être aussi de la réalité. L’édifice a été ancré dans la pierre au moyen de vingt cinq tirants enfoncés à sept mètres de profondeur.

Mais avec l’acier inox poli miroir qui le pare de tous côtés, il joue d’autres tours aux passants. Point de brillance à l’échelle de la baie, le monolithe réagit à la lumière selon une infinité de nuances quand on s’en rapproche. Ce corps parallèlépipèdique, grâce à une planéité quasi parfaite du matériau, multiplie les reflets du paysage alentour et vit en osmose avec la Nature.

L’inox poli miroir a la qualité requise pour résister à la corrosion du milieu marin, d’autant que le vent souffle très fort ici. Un tag à la peinture ne peut accrocher à sa surface tandis qu’une inscription gravée se verrait à peine. Des panneaux verticaux d’un mètre de large couvrent le bâtiment, réalisé en béton. Ce sont en fait des cassettes “sandwich” de 4,50 m de hauteur (pour 5 cm d’épaisseur), montées artisanalement avec une contre tôle et un isolant. Elles se replient pour envelopper les angles des murs, dessinant des arêtes franches. Aucune vis n’est apparente. La verrière déroulée en toiture - en polycarbonate - est rythmée de bandes en inox qui prolongent les façades pour former des brise-soleil.

Le monolithe offre à l’intérieur un espace unitaire et dynamique sous la lumière zénithale. De l’ambiance régnant dans cet espace blanc abstrait se dégage une atmosphère d’apesanteur. Mais avec son tunnel d’entrée oblique, son organisation réserve des surprises. Car tel un temple Inca, ce sas cadre parfaitement le soleil couchant sur l’océan au solstice d’été. Pour ne pas gêner cette vision, la porte arrondie à pivot central s’efface grâce à l’angle d’ouverture choisi, fixé de façon à protéger aussi du vent. Seules de fortes marées peuvent imposer de la fermer pendant la journée pour rendre le bâtiment submersible. 

Ses deux faces sont parées d’inox de manière à enrichir, du jeu de leurs reflets, la perception du visiteur qui pénètre dans les lieux. “Sur ce miroir, mille yeux se poseront (et le monde)...” On peut remarquer, gravée au laser sur laporte, cette dédicace en langue basque de l’écrivain Bernardo Atxaga. Elle témoigne aussi du souhait de l’architecte de faire d’un programme, aussi ordinaire soit-il,  une microarchitecture porteuse de l’identité esthétique basque, dans le respect du site. A Saint-Sébastien, son bâtiment a renouvelé surtout la manière d’entrer en dialogue avec la nature.

Texte Euroinox

 

    

Fiche Technique

Ville: 
Saint-Sébastien
Pays: 
Espagne
Architecte: 
a.m. Richard Rogers Partnership - VK Studio - Ove Arup & Partners
Client: 
Ville de Saint-Sébastien, Espagne

Information inox

Nuance: 
316L/1.4404
Aspect de surface: 
Uginox Méca 8ND
Epaisseur: 
1,50 mm / 2 mm